Vu sur le site web Musica et Memoria en bleu ci-dessous :

Dans une ne biographie consacrée à Pol TREMPONT, ténor belge né le 9 juin 1923 et décédé le 3 avril 2007, on trouve après les hommages de ses collègues, un article qui comporte le passage ci-dessous mentionnant "François Darmel". Il y a là des noms fort connus d'artistes belges avec qui Arthur Darmel chanta. Cet article témoigne également de l'excellence de l'école de chant belge, de sa richesse à l'époque. Une richesse qui ne s'est jamais démentie, songeons à la voix merveilleuse d'une Rita Gorr que j'ai eu le bonheur d'entendre "in live", à celle d'un Jules Bastin maintes fois entendue aussi et notamment à la Monnaie, sans parler évidemment de José Van Dam. D'autres artistes prennent la relève comme la soprano Anne-Catherine Gillet que j'ai entendue aux côtés de Sophie Koch et Jonas Kaufmann à l'Opéra Bastille dans un fameux Werther et bien d'autres suivront à n'en point douter. Belgique, petit pays et grand cœur, et sans laquelle la vie artistique française aurait perdue  une grande partie de son intérêt !

 

"Depuis le tournant de la première guerre mondiale (et déjà depuis la fin du XIXème siècle), les chanteurs belges essaimeront à l’international (Ansseau, Claudel, Richard, mais également Fanny Heldy, Eglantine Deulin, Lily Djanel, Raymonde Delaunois, Jeanne Montfort, Valère Blouse, Auguste Bouilliez, François Darmel, Arthur Descamps, Franz Kaisin, Alfred Legrand, René Maison, Jean Noté et tant d’autres) et la concurrence était donc particulièrement rude."