Mes grands-parents eurent trois fils, André, Jacques et René, mon père.

Ils sont tous aujourd'hui décédés, André en 1983, mon père en 1985 et Jacques quelques années plus tard.

André, professeur de médecine, dermatologue est mort sans descendance.
Jacques, dans le secteur commercial, a eu deux enfants, Joëlle et Jean.
René, Docteur en médecine, otorhinolaryngologiste,  a eu deux fils, Alain et moi-même.

Chaque famille a sa propre histoire parfois un peu compliquée. C'est ainsi que la brouille entre les deux frères Jacques et René les a naturellement éloignés durant plus de vingt ans. Une reprise de contact eut lieu peu de temps avant le décès de mon père et c'est cette "trêve" qui me permit de récupérer ou du moins de consulter certains documents. Après le décès de son frère, Jacques a poursuivi avec ma mère et moi-même des relations de plus en plus épisodiques mais qui furent intéressantes en termes de collecte de souvenirs. Jacques est mort, si j'ai bien compris, très seul et très "instable", ce qu'il avait été toute sa vie du reste (sa captivité durant la guerre et les conditions de son retour anticipé n'ont sans doute pas contribué à son équilibre, c'est ce que mon père m'a dit).
Toujours est-il que sauf très brièvement au début de la "trêve", je n'ai pour ainsi dire pas connu mes deux cousins. J'ignore ce qu'est devenue Joêlle, quant à Jean je sais qu'il a eu une fille et sans doute un fils, nous habitions il ya encore peu à 400 mètres l'un de l'autre mais je pense que nous aurions été incapables de nous reconnaître dans la rue en nous croisant.
Chaque famille a son histoire...C'est ainsi qu'une grande partie de notre héritage Darmel-Bardot  est à jamais "perdu" pour mon frère et moi-même.

Alain François est père d'une fille, Sophie et d'un fils Frédérick dont j'ai signalé ailleurs qu'il avait effectué des recherches sur son arrière-grand-père à Londres. Alain est aussi grand-père à quatre reprises.
Quant à moi j'ai également une fille Emilie-Charlotte et un fils Yves. Tous deux dans le secteur culturel et artistique, ils sont très sensibilisés à l'histoire familiale et mon fils se cherche un nom d'artiste, "Darmel" fait partie de ses possibles choix.
Ils sont encore très jeunes, leur avenir est ouvert mais dans leurs projets, la perpétuation de la race n'est pas au cœur de leurs préoccupations, si bien qu'à l'heure de ma mort, je ne sais s'il y aura encore quelqu'un pour trouver l'entrée de ma "chambre verte".